http://gcaenligne.ca/course/view.php?id=1 Retour à la formation

Formateurs tuteurs

 

Blanche Morin  Sabine Assuied  Érc Dufresne-Arbique
Andrée Josée Milot
Claude Gillet Carole Baillargeon Josée Fafard Isabelle Regout
Anne-Marie Boudreau Carole Frève Maude Robitaille
Paule-Andrée Cassidy Josée Girard Gabrielle Schloesser
Marianne Coineau Pierrette Marcotte

Blanche Morin

BLANCHE MORIN

Blanche Morin œuvre dans le secteur culturel depuis plus de 40 ans. D’abord auteure, compositeure et interprète durant une douzaine d’années, elle découvre très tôt l’importance de la gestion et de la communication dans le cheminement de carrière d’un artiste et dès la fin des années 80, elle décide de s’y consacrer.

Elle fonde alors avec Claude Gillet une entreprise de communications, de gestion et de formation sur mesure, la Coopérative de communication Blanche Morin qui offre, principalement au secteur culturel, un service intégré de communications d’entreprise.

Constatant à quel point les notions de stratégie, de gestion et de communication sont absentes du curriculum des artistes, elle crée le programme de formation en gestion de carrière artistique.

Synthétisant l’ensemble de ses expériences en art, culture, communication, gestion, relation d’aide, coaching et formation, ce programme fournit aux artistes et aux travailleurs culturels, les outils nécessaires pour clarifier leurs objectifs et pour planifier, gérer et promouvoir leur carrière. De 1991 à 2013, Blanche Morin animera des centaines de stages de formation, de 30 à 225 heures chacun, adaptés aux besoins spécifiques de divers secteurs culturels (chanson, musique, théâtre, cinéma, télévision, arts visuels, danse, métiers d'arts, etc.). À la demande d’organismes comme le Collège de Rosemont, l'École nationale de la chanson, l’École Nationale de cirque, l’Union des Artistes, la Guilde des Musiciens, la Société des musées du Québec, le Regroupement des artistes en art visuel Le RAAV, le Regroupement des artistes du cirque En Piste et les Conseils de la culture de plusieurs régions du Québec, elle formera et conseillera des milliers de participants. Elle a collaboré à l’adaptation en français d’un guide de gestion de carrière artistique et a coordonné, avec Claude Gillet et Judith Slivinski, une étude sur les ressources humaines dans le secteur culturel au Canada pour le Conseil des ressources humaines du secteur culturel (CRHSC). Elle a collaboré au projet pilote pour les travailleurs âgés en culture, pour le Conseil québécois des ressources humaines en culture (CQRHC) et le regroupement québécois des organismes pour le développement de l’employabilité (RQuODE). Elle a rempli la fonction de conseillère au développement professionnel des artistes interprètes à l’Union des artistes.

L’enseignement et les écrits de Blanche Morin sont profondément ancrés dans son intime connaissance du secteur culturel. Sa formation universitaire en andragogie, sa collaboration avec Marthe Sansregret (andragogue de renommée internationale, spécialisée en reconnaissance des acquis) et plusieurs stages de perfectionnement dirigé par Monsieur Robert Fripp s’ajoutent à son expérience : c’est ce qui lui a permis de développer une approche éducative unique dans le secteur culturel.

Claude Gillet

CLAUDE GILLET

Claude Gillet œuvre dans le secteur culturel depuis plus de vingt-cinq ans. D’abord comme guitariste jusqu’en 1990, et depuis 1992 à titre d’adjoint de Blanche Morin pour la formation en gestion de carrière artistique. Depuis 2001, il conçoit, coordonne et donne des formations en gestion de carrière artistique (GCA) pour les associations du secteur culturel, les conseils régionaux de la culture, des organismes du milieu et des institutions d'enseignement des arts dont l’École nationale de la chanson et l’Université de Sherbrooke.

Passionné par l'enseignement et soucieux de la situation des artistes, Claude amorce en 2002 une réflexion sur la possibilité d'offrir la formation de GCA en ligne, afin de la rendre disponible à un plus grand nombre, mais aussi pour l'adapter aux horaires atypiques des créateurs. Il s'inscrit alors à la Télé-université pour entreprendre des études sur la conception d'environnements de formation à distance. Ces études seront terminées en 2010.

Petit à petit, il crée l'architecture et réalise les contenus de la formation en ligne en collaboration avec Blanche Morin; ce travail sera achevé à l'hiver 2013. En 2007, il communique avec les organismes du milieu de la culture, via le Conseil québécois des ressources humaines en culture (CQRHC), et de l'enseignement, via la Commission scolaire de la Capitale, afin de créer des alliances fructueuses qui permettront de réaliser le projet.

Claude a étudié la guitare et le saxophone au Collège de Sainte-Foy, le cinéma et la sociologie à l’Université Laval et a fait des études supérieures en technologie de l’information et environnements d’apprentissage à la Télé-université. Il a étudié et collaboré avec le guitariste Robert Fripp de 1986 à 1990.

Parallèlement à toutes ses activités professionnelles, il poursuit son exploration de la guitare.

Sabine Assuied

Photo : Ivan Bielinski

SABINE ASSUIED

Diplômée en Gestion des organismes culturels de l’École des hautes études commerciales (HEC Montréal), Sabine Assuied participe activement, depuis plus de quinze ans, au développement de la relève artistique à Montréal. À ses débuts, elle fonde Productions Inty, une compagnie œuvrant en gérance artistique et en production de spectacles et de disques.  Cette compagnie est alors créée dans le but de soutenir tous les projets artistiques de l’artiste IVY. En 2007, en collaboration avec ce dernier, Slamontréal voit le jour et a pour mission de développer et de promouvoir la scène slam au Québec. Sabine se lance alors à la production des Grands slams annuels (niveau professionnel et scolaire), produit les scènes mensuelles de slam de poésie à Montréal, et diversifie les activités d’IVY proposant ainsi des ateliers et des conférences aux écoles, présentant des spectacles d’envergure lors de festivals et produit les premiers disques issus de cette nouvelle discipline artistique au Québec, le slam.

De 2002 à 2007, Sabine Assuied agit à titre d’agente de développement d’artistes au Québec et au Canada chez FAMGroup, pour des artistes tels que Susie Arioli swing band, le Quartet François Bourassa et Genticorum. En 2002, elle coordonne la rédaction du Guide de l’autoproduction d’album, un ouvrage de référence destiné aux artistes émergents pour les guider dans leur démarche artistique ainsi que dans la production d’enregistrements sonores. Parallèlement à ses activités d’agente et de gérante, Sabine a également été chargée de cours à l’École du showbusiness et à l’Institut Trebas.

En tant que formateur tuteur, elle souhaite accompagner l’artiste dans la compréhension de son cheminement vers un projet réalisable et, surtout, mettre à  sa disposition des outils concrets afin d’accomplir ses rêves, tout en gardant une dose de réalisme indispensable à la pérennité. Son approche privilégie le partage des connaissances de la structure du milieu, entremêlées de réflexions personnelles provenant de l’expérience directe de l’apprenant afin que celui-ci devienne maître de sa formation.

Carole Baillargeon

Photo : Denis Bernier

CAROLE BAILLARGEON

Artiste en arts visuels et en métiers d’art, Carole Baillargeon compte plus de vingt-cinq ans de carrière pendant lesquels elle a présenté de multiples expositions, au Québec comme à l’étranger. Ses activités de diffusion internationale sont d’ailleurs soulignées en 2000, lorsqu’elle reçoit le Prix du rayonnement international du Conseil de la culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches. Carole travaille la sculpture, l’installation, et en métiers d’art, elle produit des pièces en textiles assemblées soit par la couture, soit par technique de nouage.

Carole Baillargeon est reconnue pour sa vision d’ensemble du milieu des arts visuels et des métiers d’art et à ce titre, elle est fréquemment appelée à participer à des jurys de sélection ou encore à des tables de concertation. Elle siège également  à des conseils d’administration comme la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), et depuis 2002, elle agit à titre de commissaire d’exposition en arts visuels et métiers d’art et développe des activités de médiation culturelle. Elle a également à son actif plusieurs années d’expérience en enseignement, entre autres, au programme de métiers d’art, niveau collégial, et en formation en gestion de carrière artistique en partenariat avec les conseils régionaux de la culture.  Elle a occupé le poste de directrice générale de la Maison des métiers d’art de Québec pendant quelques années tout en poursuivant son implication en pédagogie et en épaulant les enseignants dans la réalisation des objectifs du programme.

En plus de ses habiletés de gestionnaire, lors de mandats à la coordination de centres d’artistes, son parcours a favorisé une compréhension du milieu des arts visuels, de son écologie et de sa structure de financement, ce qui lui a permis d’affiner ses compétences en gestion, en ressources humaines, en communication et en promotion. Que ce soit en enseignement, en coaching ou en formation, son approche est marquée par un suivi personnalisé et empathique.

Carole Baillargeon vit dans la région de Québec.

Anne-Marie Boudreau

ANNE-MARIE BOUDREAU

Native des Îles-de-la-Madeleine, femme de mer et de grands vents, Anne-Marie Boudreau observe la vie avec les yeux du cœur. C’est un être de passion qui préfère opérer dans l’ombre, avec une force tranquille, beaucoup de résilience, d’empathie et de compassion.

Artiste en art textile, entrepreneur en métiers d’art, bâtisseur de châteaux de sable, diffuseur professionnel en arts de la scène, agent de développement, directrice, attachée politique… voilà autant de formes qu’a pu prendre l’expression de son talent. Anne-Marie possède une excellente expertise en création et en expansion d’entreprises; en gestion d’organismes (culturel, touristique, environnemental et socioéconomique); en administration publique (municipale et provinciale). Ce parcours hétéroclite l‘a révélée à elle-même sous multiples formes et l’amène aujourd’hui à vouloir donner au suivant.

Avec leadership et loyauté, elle se sert de ses qualités de pédagogue et de gestionnaire pour analyser, concerter, communiquer, planifier, diriger, organiser et encourager. D’ailleurs, elle accompagne depuis longtemps des artistes, des entrepreneurs, des amis, des organismes souhaitant se redécouvrir et s’enrichir jusqu’à mettre en action ce qu’ils sont, à travers leurs projets. Pour Anne-Marie, le rôle de formateur tuteur, et particulièrement à distance, permet de réaliser cet accompagnement avec un plus grand rayonnement. Stimulatrice inconditionnelle de l’art, de l’artiste, de l’artisan, libre et ouverte d’esprit, elle s’engage à utiliser son propre bagage de vie afin d’apporter une approche franche et réaliste pour accompagner les artistes dans leurs réflexions entourant leur carrière et les soutenant dans l’action.

Anne-Marie Boudreau vit aux Îles-de-la-Madeleine.

Paule-Anndrée Cassidy

Photo : Camirand

PAULE-ANDRÉE CASSIDY

Après un passage au Conservatoire d'art  dramatique de Québec, Paule-Andrée Cassidy s'éloigne peu à peu du théâtre pour se consacrer à la chanson.  Sa carrière musicale prend rapidement son envol et fait voyager l’interprète.  Elle sillonne l'Europe à de multiples reprises et se produit lors de nombreux festivals importants au Québec et à l'étranger.

En 2002, son 3e album, Lever du jour, remporte le prestigieux Grand prix du disque de l'Académie Charles Cros et le Prix du Haut Conseil de la Francophonie. Ses albums suivants, Métis et Pieds nus, sont également salués par la critique et témoignent toujours de son attachement pour l’interprétation au sens noble du terme et pour les textes de haute tenue. En 2010, elle présente une série de concerts avec l'Orchestre Symphonique de Québec et tourne dans la série télé Chabotte et fille 2. En 2011, elle réalise un séjour à Buenos Aires pour approfondir sa recherche musicale. Son spectacle Ombres et Lumières, créé à Québec en février 2012, a depuis été présenté en Argentine, en Uruguay, au Paraguay, en Russie, en Allemagne, en France, en Suisse, à New York et à Montréal.

Boursière à plusieurs reprises, son expertise a aussi été retenue pour de nombreux jurys. Parallèlement à sa carrière d’interprète, Paule-Andrée agit à titre de formatrice et de metteure en scène auprès de jeunes artistes. Depuis 2004, elle est formatrice en gestion de carrière artistique au Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale et elle y accompagne près de 200 artistes de disciplines variées dans le développement de leurs projets. Elle est également responsable de la formation à l’Ampli de Québec depuis son ouverture en 2010. De plus, elle a siégé au comité d’orientation du Forum sur la chanson québécoise organisé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) en 2012 et a fait partie du panel de l’atelier sur la formation et la création.

Paule-Andrée Cassidy vit dans la région de Québec.

Marianne Coineau

MARIANNE COINEAU

Oeuvrant depuis onze ans dans le secteur culturel et artistique, Marianne Coineau a développé une solide expertise en développement et en gestion de projets ainsi qu’en planification stratégique et financière. En 2003, elle fonde le Centre d’artistes Caravansérail à Rimouski et en assume la direction générale jusqu’en 2007. Ses intérêts et ses engagements professionnels l’amènent par la suite à intervenir régulièrement à titre de consultante pour des organismes artistiques soucieux d’améliorer leur structure organisationnelle. À ce titre, elle réalise notamment des diagnostics, produit des études de faisabilité et pilote des démarches de planification stratégique.

En 2011, elle rejoint l’équipe du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent à titre d’agente de développement. Elle intervient alors comme coordonnatrice technique des ententes régionales CRÉ-MCCCF-CALQ, assume le service d’aide-conseil en direction des organismes et le coaching en gestion de carrière en direction des artistes. Depuis mai 2012, elle occupe le poste de directrice générale de Méduse à Québec, complexe artistique regroupant neuf centres d'artistes en art actuel, actifs en production et diffusion. Ayant collaboré avec nombre d’artistes au fil des années, elle est particulièrement sensible aux questions et enjeux touchant les conditions de vie et de pratique des créateurs.

En devenant formateur tuteur en gestion de carrière artistique selon l’approche globale, Marianne réitère avec force son engagement et son attachement à supporter, accompagner et guider les artistes dans leur cheminement et leur démarche professionnelle.

Marianne Coineau vit dans la région de Québec.

 

Éric Dufresne-Arbique

Photo : Thomas D. Dufresne

ÉRIC DUFRESNE-ARBIQUE

Formé en Histoire de l'art et en Muséologie, Éric Dufresne-Arbique travaille dans le secteur des arts visuels depuis plus de quinze ans. Éric possède une excellente connaissance globale de ce milieu puisqu’il a travaillé au sein de centres d'artistes, de musées, de centres d'exposition et de galeries d'art. Pour ces organismes, il a été commissaire d'expositions, chargé de projets aux expositions, aux communications, à l'éducation et à l'action culturelle. Lors de son passage comme agent de développement culturel à la Ville de Montréal, il avait la responsabilité de divers comités artistiques, dont le comité arts visuels, en plus de coordonner différents projets d’exposition et d’art public temporaire.

Depuis 2006, Éric est chargé de projets et coordonne le Service du développement professionnel et de la formation continue au Regroupement des artistes en arts visuels (RAAV). Pour le RAAV, il a rédigé le Guide pratique à l’intention des artistes en arts visuels et est coauteur du Dictionnaire des compétences de l’artiste en arts visuels.

Éric Dufresne-Arbique siège à des conseils d’administration d’organisations et d’organismes artistiques dont certains sont liés à l’employabilité dans le secteur culturel. Il donne des conférences et de brèves formations au sein d’universités, de centres de formation et de carrefours jeunesse-emploi, et il a participé à certaines tables-rondes liées à la gestion de carrière artistique dans le domaine des arts visuels. Photographe à ses heures, quelques-unes de ses œuvres ont été sélectionnées et diffusées notamment dans des maisons de la culture.

Josée Fafard

JOSÉE FAFARD

Josée Fafard s’intéresse aux problématiques relatives à la profession d’artiste depuis une douzaine d’années. Elle-même artiste en arts visuels, elle a eu à se repositionner régulièrement au cours de sa carrière, bon an mal an, depuis près de vingt-cinq ans. Formée à l’Université Concordia en arts plastiques, où elle a été par la suite chargée de cours, Josée a présenté ses œuvres au Québec et en Europe où elle a vécu pendant cinq ans. Plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts du Canada (CAC), et à maintes reprises membre de jury, elle a réalisé à ce jour six œuvres d’art public.

Parallèlement à sa pratique artistique et occupant plusieurs fonctions au sein d’organismes en arts visuels, en littérature, en patrimoine vivant et en métiers d’art, ce bagage d’expériences lui a permis de bien cerner les ficelles du monde artistique et des professions qui s’y rattachent. C’est par le biais de courtes publications comme La vie des artistes professionnels en région et Profession artiste, j’y crois, j’y vois présentant les droits et obligations relatifs à la pratique artistique, qu’elle invite les artistes à se responsabiliser et à prendre en charge leur carrière. De 2005 à 2009, elle travaille au Conseil de la culture de Lanaudière où elle accompagne les artistes et les organismes culturels, et depuis 2009, elle agit à titre de consultante, se déplaçant un peu partout au Québec. 

Josée possède une solide expertise en soutien rédactionnel pour les demandes de subvention, en accompagnement d’artistes, en coordination de projets culturels de toutes sortes et en démarrage d’entreprise. Elle adhère à l’approche globale en gestion de carrière artistique, avec comme principale préoccupation de toujours placer les valeurs, la réalité et les aspirations de la personne en face d’elle, au cœur de toutes ses interventions.

Josée Fafard vit dans la région de Lanaudière.

Carole Frèvre

CAROLE FRÈVE

Après avoir complété des études en design industriel à l’Université de Montréal en 1992, Carole Frève enchaîne avec trois années de formation à Espace Verre, l’École des Métiers du verre. Artiste du verre en métier d’art contemporain depuis près de vingt ans, ses œuvres sont régulièrement exposées, entre autres, lors de l’évènement annuel Sculpture, Objects and Fonctional Art (SOFA) de Chicago ainsi que dans plusieurs galeries américaines dont les Thomas R. Riley Galleries de Cleveland en Ohio, et au Québec, à la galerie Elena Lee de Montréal.

Depuis 1998, l’obtention de plusieurs bourses du Conseil des arts du Canada (CAC) et du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), ainsi que deux résidences d’artistes aux États-Unis et en Écosse, lui ont permis d’explorer à la fois l’aspect technique et le potentiel artistique du verre. Ses œuvres se démarquent par une combinaison originale de différentes techniques du verre et d’électroformage du cuivre. Sa démarche artistique singulière l’amène à réaliser des œuvres qui font résonner la mémoire. Parallèlement à sa production artistique elle s’enrichit de plusieurs expériences professionnelles. Depuis 2008, elle est régulièrement appelée à siéger à des comités de sélection du Conseil des métiers d’art du Québec (CMAQ) et elle a été jury pour le CALQ et le programme Jeunes Volontaires. En 2013, elle terminait un mandat de trois ans en tant que spécialiste en arts visuels et métiers d’art au ministère de la Culture et des Communications pour le programme d’intégration des arts à l’architecture.

Ces expériences variées lui ont permis de bien connaître le milieu des métiers d’art et d’identifier les besoins des artisans et artistes. Ayant à cœur de partager son savoir, Carole Frève enseigne le cours Développement d’une entreprise de création et de production, depuis 2008, aux finissants de l’École des métiers du verre. En devenant formateur tuteur en gestion de carrière selon l’approche globale, elle peut maintenant accompagner des créateurs à tout moment de leur carrière, dans une réflexion approfondie de leur situation, et l’élaboration d’un plan d’action.

Josée Girard

Photo : Lyse Rioux

JOSÉE GIRARD

«La résilience, c'est l'art de naviguer dans les torrents» - Boris Cyrulnik

Oeuvrant en arts de la scène depuis plus de vingt-cinq ans, Josée Girard se définit avant tout comme une artiste interpelée par l’être humain aux prises avec des épreuves permettant au processus de résilience d’opérer. Ses années de pratique théâtrale professionnelle l’amènent à gérer une carrière de comédienne, metteure en scène et auteure.

En 2008, elle prend la direction générale et artistique de la compagnie de théâtre, La Chant’Amuse, compagnie célébrant alors ses vingt-cinq années d’existence. En outre, puisqu’elle connaît bien la réalité régionale, provinciale et nationale du théâtre francophone, elle est appelée fréquemment à participer à plusieurs comités de jury. Au fil des ans, elle travaille, notamment, pour les Deux Mondes et La Rubrique. Avec cette dernière, elle vit la singulière et marquante expérience de Cendres de cailloux, en nomination pour la meilleure production en région au premier Gala des masques. En 2009, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) lui décerne le Prix à la création artistique en région, et en 2007 et 2011, elle est sélectionnée pour le Prix d’excellence artistique du Conseil régional de la culture de la Côte-Nord. Josée Girard a une pratique d’enseignante depuis plusieurs années déjà.  Elle a notamment enseigné les rudiments du métier aux jeunes du secondaire pendant sept ans, et la littérature au collège de Baie-Comeau pendant neuf ans.

Josée a choisi de pratiquer son art en région, même si elle ne trouve pas la partie facile car il faut à la fois créer, éduquer et développer le public. Mais les grands espaces inspirent sa créativité. En territoire nord-côtier, sa démarche artistique est animée par son amour de la langue. Car, quand le dictionnaire de rue écorche sa langue, elle dit se réfugier dans son pays de démesure pour contribuer à redonner aux mots son souffle de baleine. Pour Josée Girard, faire du théâtre de création sur la Côte-Nord est pratiquement une vocation, un art. L’art de naviguer dans les torrents!

Josée Girard vit sur la Côte-Nord.

Pierrette Marcotte

Photo : NathB photographe

PIERRETTE MARCOTTE

Pierrette Marcotte œuvre auprès des milieux artistique et communautaire depuis plus de trente ans. D’abord comme flûtiste-chambriste et professeure à Saint-Jean, Terre-Neuve, puis, à titre de gestionnaire de projets de nature artistique et de développement social, en Ontario, au Québec et dans l’Est du Canada. Au fil des ans, elle se voit confier des mandats des plus diversifiés ayant cependant tous le même leitmotiv : l’incertitude et la rareté des ressources. La constance du changement exige qu’elle diversifie et maintienne ses réseaux d’entraide, ce qui lui permet de continuer d’apprendre à apprendre rapidement, pour mener à bien ses propres projets ainsi que les missions qui lui sont confiées.

Pour l’œil externe, ses réalisations peuvent sembler à cent lieues de sa formation initiale de musicienne. Elle a entre autres à son actif la conception d’ateliers de sensibilisation du public sur l’Afrique, la conception de diverses formations (écoute active, animation de groupe, gestion du changement), l’élaboration d’une politique culturelle pour la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, un programme de formation pour améliorer l’employabilité des artistes qui a valu à un ancien employeur, la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard, un prix de l’Agence de développement économique des provinces de l’Atlantique. Pierrette Marcotte a par ailleurs obtenu des engagements avec des diffuseurs en arts de la scène d’Europe, d’Asie, du Mexique et des États-Unis pour diverses formations musicales du Québec, notamment pour La Nef, l’Ensemble Arion et le Nouvel Ensemble Moderne. Elle dirige présentement un centre d’éducation populaire en condition féminine où elle a tout récemment mis sur pied un programme de mentorat en gouvernance.

Son vécu de «nomade» et son intérêt marqué, tant pour les arts que pour le développement social, l’amène à cultiver une approche d’intervention qui respecte le parcours des individus et des organisations. Ainsi, depuis plus d’une dizaine d’années, elle accompagne artistes et organisations dans leurs réflexions, conception, planification et mise en œuvre de leurs projets et de plan d’action.

Andrée Josée MilotPhoto : Norbi Whitney

ANDRÉE JOSÉE MILOT

Associée aux arts du cirque et de la rue, Andrée Josée Milot occupe, depuis 1979, de nombreuses fonctions dans le milieu du spectacle vivant, allant de la programmation artistique au développement de projets, en passant par la production et l’administration. Depuis plus de vingt ans, elle partage son temps entre le Québec et la France et s’intéresse à la formation associée aux nouvelles formes des arts du cirque.

Outre la dizaine d’années passées aux côtés des pionniers québécois du cirque comme Guy Caron, René Dupéré, Franco Dragone et de l’École Nationale de Cirque, elle travaille aussi auprès de pas moins d’une trentaine de compagnies prestigieuses sur les deux continents. En 2000, elle fait partie de l’équipe de création du festival de cirque contemporain «Janvier dans les étoiles», en France, festival qui est une référence dans le milieu depuis plus de dix ans maintenant. De retour au Québec depuis 2004, elle participe à titre de coordonnatrice ou de consultante pour plusieurs événements, compagnies et artistes dont la Fête nationale dans la Capitale, Remp’Arts Clownesques du Théâtre de l’Aubergine, Arte Mundi et d’autres encore. Depuis 2008, Andrée Josée occupe la fonction de chargée de projet à l’École de cirque de Québec. C’est au sein de ce lieu de formation, qu’elle assume la direction de production de l’ensemble des activités de diffusion. Depuis 2010, elle enseigne Tour de Piste, un cours offert dans le cadre du programme du Diplôme d’études collégiales (DEC) en Arts du cirque, et elle accompagne les futurs artistes dans la découverte de la fonction de travail et des milieux d’exercices.

Andrée Josée aime être entourée de gens passionnés et c’est avec curiosité, ouverture, sensibilité et pragmatisme, qu’elle souhaite accompagner les artistes dans leur processus de gestion de carrière.

Andrée Josée Milot vit dans la région de Québec.

Isabelle Regout

Photo : Thierry Aubert

ISABELLE REGOUT

Artiste entrepreneure et avocate, Isabelle Regout est la seule artiste professionnelle à pratiquer la peinture sous verre (PSV) au Québec. L’imagination, la créativité et l’originalité sont le cœur de ses œuvres.

Isabelle Regout a représenté le Canada notamment au colloque international 2010 sur la PSV en Allemagne et aux Jeux olympiques 2012 à Londres. En 2013, l’Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) lui a délivré un premier brevet pour son invention qui apporte une solution efficace aux problèmes séculaires de l'imperméabilisation du revers des PSV existantes. L’artiste réalise également de grands bas-reliefs destinés aux édifices publics et gouvernementaux. Boursière des gouvernements de l’Ontario et du Québec et récipiendaire de nombreux prix dont le Prix de la relève 2011 de la Fondation pour les arts et les lettres de l’Outaouais, Isabelle Regout se démarque par un intérêt hors frontière significatif. Ses œuvres ont été vues au Musée des Beaux-Arts de Chartres en France, au Musée Schöne Stiege en Allemagne, au London Museum en Angleterre et au Musée des beaux-arts du Canada.

Largement impliquée dans le milieu artistique, Isabelle est présidente du Centre d'artistes Voix Visuelle à Ottawa, ex-présidente de la Commission des arts visuels, arts médiatiques et des métiers d’art du Conseil régional de la culture de l'Outaouais (CRCO) et membre de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine de la ville de Gatineau. Sa formation d’avocate l’ayant menée à défendre les droits des créateurs, elle est appréciée dans tout l’est du pays pour ses conférences sur le sujet. Membre de l’Association des juristes pour l’avancement de la vie artistique (AJAVA), elle est membre du Barreau du Québec depuis 1997. Isabelle considère primordial de mieux outiller les artistes professionnels et les entrepreneurs artistiques dont la pratique implique de nombreux actes juridiques alors que l'économie de demain est plus que jamais liée à l'innovation et la créativité.

Isabelle Regout vit en Outaouais.

 Maude Robitaille

MAUDE ROBITAILLE

Originaire du Lac-Saint-Jean, Maude Robitaille explore le paysage culturel québécois depuis plus d’une trentaine d’années. Boursière à plusieurs reprises du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), du Conseil des arts du Canada (CAC) et de Musicaction, elle se fait tout d’abord connaître comme artiste en tant qu’auteure, compositrice, interprète, comédienne, improvisatrice et humoriste. Par la suite, elle réoriente sa carrière en coulisse et concentre ses énergies comme travailleur autonome du secteur culturel, développant sa polyvalence et privilégiant la créativité dans la gestion. Sans jamais quitter son «état créatif», elle se qualifie d’artiste au long cours.

Tout au long des années, et construisant une feuille de route éclectique, elle est tour à tour adjointe, coordonnatrice, relationniste, directrice de tournée, chef d’équipe, directrice de service, productrice de spectacles et de disques, passant de la logistique aux communications, de la production à la mise en marché, de la création à  la gestion. Ses multiples compétences profitent tout autant à de petites compagnies qu’à de grandes institutions culturelles, à de grands événements et festivals qu’à des individus, ou encore à des agences de publicité. Maude Robitaille connaît bien les rouages de la gestion ainsi que la plupart des aspects touchant les différents secteurs s’avérant déterminants pour la carrière d’un artiste. Ses habiletés à gérer des projets d’envergure et sa détermination à les mener à terme, font d’elle un atout important pour toute compagnie, agence ou organisme qui requiert ses services.

L’accompagnement selon l’approche globale lui sied bien car elle comprend le questionnement des artistes et leur besoin vital de ressourcement puisqu’elle a vécu cette situation… de l’intérieur. Avant toute chose, ce qu’elle souhaite est de mettre à profit son expérience. Et c’est dans cet esprit qu’elle partage ses connaissances, depuis une quinzaine d’années, par le biais de coachings, d’ateliers, de formations et de tutorat. Maude se voit à ce titre comme un «passeur».

Gabrielle Schloesser

GABRIELLE SCHLOESSER

L’art est arrivé tardivement dans la vie de Gabrielle. Un accident de parcours, lors d’un voyage en Belgique, l’amène à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles où elle apprend le dessin pendant un an. Elle revient au Québec et suit une formation universitaire en enseignement des arts. Après ses études, elle constate qu’elle a peu de ressources en main pour se réaliser comme artiste. C’est alors qu’elle entreprend une formation intensive en gestion de carrière artistique avec Blanche Morin. C’est un coup de foudre! La formation lui donne les outils nécessaires pour réaliser son rêve de pratiquer son art. Avec une collègue historienne d’art, elle fonde Les Correspondances (artistes en arts visuels et enseignants) qui réalisent des projets et des expositions avec des groupes d’artistes du Québec et d’outre mer. Pendant plusieurs années, elle réalise quelques vidéos indépendantes, des documentaires ainsi que des installations-vidéos qu’elle présente dans des galeries et des maisons de la culture.

Sa passion de l’éducation la conduit à enseigner au niveau secondaire, collégial et universitaire. Elle donne également quelques formations de courte durée en gestion de carrière aux membres de l’Union des artistes. Pendant plusieurs années, elle concilie sa pratique artistique, qui lui permet de rester en contact avec le milieu des arts, et l‘enseignement. Étant une adepte des nouvelles technologies, elle suit une formation intensive d’un an et implante un programme en multimédia au niveau collégial. Elle coordonne le département pendant plus de sept ans tout en donnant des cours orientés sur le portfolio, les stages et le design.

La formation de tuteurs en gestion de carrière artistique selon l’approche globale vient combler son expertise comme artiste, gestionnaire et enseignante. L’approche humaniste contemporaine est tout à fait en accord avec sa propre philosophie de l’enseignement, soit celle de se soucier du développement complet de la personne incluant les dimensions affectives. Aujourd’hui, forte de son expertise comme artiste, pédagogue et gestionnaire, elle souhaite accompagner tout artiste prêt à s’engager dans l’apprentissage de la gestion de sa carrière.

Retour vers le haut

Modifié le: mardi, 12 avril 2016, 14:04

Tous droits réservés 2011-2013
Blanche Morin et Claude Gillet
Commission scolaire de la Capitale
CQRHC